Accueil > Solo-concarneau-trophee-guy-cotten-victoire-de-charlie-dalin

Solo Concarneau - Trophée Guy Cotten : Victoire de Charlie Dalin

Avec cette belle victoire, Charlie Dalin garde le Trophée Guy Cotten déjà remporté en 2016. La Société équipe la Team MACIF ainsi que Yann Eliès sur Groupe Quéguiner depuis de nombreuses années.
Podium_Solo_Concarneau_-_Trophee_Guy_Cotten_2017_Image-4
Podium de la solo Concarneau Trophée Guy Cotten 2017
Podium_Solo_Concarneau_-_Trophee_Guy_Cotten_2017_Francois_DalinALEXIS_COURCOUX170408SLC_1325
François Bertholom remet le trophée Guy Cotten à Charlie Dalin vainqueur pour la deuxième année consécutive de la Solo Concarneau ©Alexis Courcoux

VICTOIRE DE CHARLIE DALIN

La 41e édition de la Solo Concarneau – Trophée Guy Cotten a été remportée par Charlie Dalin (Skipper Macif 2015) ce samedi 8 avril à 10h17, devant Erwan Tabarly (Armor Lux) et Yann Eliès (Groupe Queguiner – Leucémie Espoir). Un joli doublé pour le Skipper Macif 2015 sur cette épreuve. Le premier bizuth, Pierre Rhimbault (Team CMB Espoir) également équipés de notre marque, termine à la 17e place. Les 37 skippers engagés auront rencontré des conditions estivales mais variées sur les 270 milles nautiques du parcours. De l’avis de tous, cette 2eme épreuve du Championnat de France de Course au Large fut une belle réussite, que ce soit dans l’organisation, la météo ou encore la compétition. Vivement l’année prochaine ! 

Les impressions à l’arrivée de la Solo Concarneau – Trophée Guy Cotten

Pierre Gautier – Directeur de course : Nous avons eu beaucoup de chance avec le temps ! Un anticyclone s’est installé sur la région, avec des conditions de Nord-Est de 8 à 15 nœuds, et quelques coups stratégiques à faire pour les concurrents, aves des influences thermiques qui ont généré un petit flux d’ouest dans l’après-midi hier. Il fallait être très attentif et c’est à ce moment-là que nous avons vu quelques leaders prendre l’avantage avant les Birvideaux. Après, ça a été une course de vitesse. Ceux qui connaissent bien le bateau et ses réglages ont pu faire la différence. La quasi-totalité des concurrents est arrivée sur la ligne en moins de deux heures. La dernière concurrente en course, Nathalie Criou, est attendue sur la ligne dans la soirée. 

François Bertholom - Directeur Guy Cotten : Nous sommes très satisfaits de la manière dont se passe le partenariat avec la Société des Régates de Concarneau. Nous y retrouvons un grand professionnalisme et une forte volonté de bien faire. L'équipe est très impliquée dans cet événement et nous sommes heureux de voir l'engouement pour La Solo Concarneau - Trophée Guy Cotten dans le milieu des figaristes. Nous ne manquerons pas de poursuivre notre partenariat l'année prochaine à la même période. 

Charlie Dalin (Skipper Macif 2015) – 1er 
La saison 2017 commence bien ! 2 courses, 2 victoires ! Celle-là était plus difficile car je ne suis pas très bien parti. J’étais bien sur la ligne de départ, mais j’avais 2 bateaux à mon vent qui étaient en tribord amure alors que je voulais abattre sur Beg Meil…. Je me suis retrouvé un peu bloqué, et pas du tout maître de ma trajectoire. J’ai décidé de rester haut, sur mon bord rapprochant et cela m’a permis de revenir un peu sur la flotte. Ensuite, j’ai trouvé la bonne trajectoire pour rejoindre les Birvideaux. J’ai certainement eu un peu de réussite mais je me sentais bien avec les conditions et ça s’est bien passé. On arrive très groupés aux Birvideaux avec Yann, Adrien et Erwan. J’avais une bonne vitesse sous spi et j’ai réussi à les doubler en vitesse pure. C’est une bonne nouvelle. En revanche, je n'ai pas dû m’allonger plus de 5-10 minutes cette nuit, j’étais vraiment dessus pour revenir sur Erwan Tabarly ! On se rend compte que sur une étape de 24h, les opportunités sont moins nombreuses pour revenir et que le fait de bien partir est important. Ce n’est pas la même régate quand on est bloqué dans le paquet… 

Yann Eliès (Groupe Queguiner – Leucémie Espoir) - 3ème 
J’avais dit qu’il fallait que je progresse après la Solo Normandie, donc c’est bien d’arriver à se rapprocher des premiers, surtout qu’avec 37 bateaux, on était proche du niveau de la Solitaire, c’était intéressant. Je suis content de ma vitesse, et même si ça n'est pas le cas tout le temps et qu’il me reste encore un peu à travailler, je vois ce qui va me permettre de progresser, donc globalement je suis super satisfait. Étonnamment, je manque encore de repères, notamment au portant, où j’ai tâtonné, et puis mentalement, je manque un peu d’engagement, mais je sais que ça va revenir progressivement jusqu’à la Solitaire. Bon, Charlie est encore devant, mais il mérite, car il navigue bien. Il est rapide, et il ne fait pas de grosse faute, bravo à lui ! Il va être dur à battre. Il n’y a pas que lui, mais pour l’instant, il réalise un sans-faute. Ça va être le sujet du moment, aller chercher Charlie de temps en temps, mais je pense qu’il y a moyen ! 

Nicolas Lunven (Generali) - 7ème 
On a eu de super conditions de navigation, variées au niveau du vent, et on n’a pas vu un nuage, ce qui est plutôt agréable ! Il s’est passé plein de choses en stratégie sur le plan d’eau donc c’était très intéressant, j’ai pris beaucoup de plaisir ! Pour le résultat, ça aurait pu être beaucoup mieux, car j’étais en tête avec un petit matelas d’avance, mais une petite pétole au large de l’Ile de Groix en a décidé autrement. Mais il n’y a pas de déception, car j’ai réussi à rester concentré et à me refixer des objectifs pour passer Alexis Loison, et revenir sur Benjamin Dutreux et Thierry Chabagny. Je suis également content de ma vitesse, car j’avais fait quelques modifications qui vont dans le bon sens. Bon, c’est encore Charlie qui gagne, ça va commencer à devenir agaçant, mais c’est sympa de pouvoir se battre à 37 comme on l’a fait sur cette épreuve. C’était une belle course ! 


Pierre Rhimbault, 17e et 1er bizuth ( (Team CMB Espoir) 
L’objectif premier, c’était de terminer, et l’objectif avoué c’était de finir premier bizuth, donc c’est cool ! J’ai pris un super départ, avec un bon bord de près pour commencer, mais après j’ai enchaîné les petites bêtises, et j’ai été vraiment pas bien. Et puis finalement, j’ai eu l’occasion de me refaire donc c’est top ! J’ai appris plein de choses sur moi et sur le bateau, mais j’ai aussi plein de points d’interrogation. Sous voiles plates, ça va bien, mais quand je mets le spi, j’ai un déficit de vitesse que je n’arrive pas à expliquer. Il va falloir que j’en discute avec des gens plus expérimentés, pour régler ce point au plus vite. Pour le reste, il faut que je continue à travailler et à prendre ce qu’il y a à prendre ! 

Suivez l'actualité de Guy Cotten :

  • Google
  • pinterest
  • scoppit