Accueil > Sebastien-simon

Sébastien Simon

Sebastien_SIMON_2
Arrivée vainqueur de la figaro à Concarneau - Juin 2015 ©Guy Cotten

Après avoir tiré ses premiers bords très tôt sur le voilier paternel, c’est en 2002 que Sébastien Simon découvre la compétition. Cette année-là, le National Optimist – Petit Bateau, qui rassemble quelque 600 jeunes concurrents, se déroule chez lui, aux Sables d’Olonne. L’occasion est trop belle pour la manquer. Dès lors, le virus est attrapé. Régates de ligues, inter-ligues… Il enchaîne les épreuves sur sa coque de noix et passe rapidement au dériveur double, le 420. Sur ce support, aux côtés d’Ayméric Paruit, il parfait ses armes entre trois bouées, s’affûte sur les plans technique et stratégique et prend une dimension internationale. Ses qualités sont alors remarquées par Sylvain Pélissier, l’un des ténors du circuit des J80, qui l’embarque à son bord au poste de tacticien, en 2011. La saison est plutôt réussie avec notamment une victoire au Grand Prix du Crouesty. Les deux années suivantes, le Sablais continue de régater en J80, mais aux côtés de Gaël Jaffrezic cette fois. Puis, à l’automne 2013, avec sa bande de copains des Sables d’Olonne, il monte un équipage sous les couleurs du Team Vendée et s’adjuge une très belle cinquième place en tant que barreur lors du National de classe. Entre temps, il se distingue aussi en M34 avec Jimmy Pahun surRégion Ile-de-France… puis en 420, de nouveau. Avec Pierre Rhimbault, il décroche son ticket pour le Mondial Open de la classe lors de la Semaine de Kiel, en Allemagne. Quelques mois plus tard, à Valence en Espagne, face au gratin international, il obtient la médaille de bronze. Dans la foulée, il se présente à la sélection du Challenge Espoir Bretagne – Crédit Mutuel avec le succès que l’on connait. Il fait sensation lors de sa première année sur le circuit exigeant des Figaro Bénéteau en terminant systématiquement premier bizuth lors des épreuves d’avant saison puis réalise de jolis coups sur La Solitaire du Figaro, terminant notamment 12e de l’étape entre Plymouth et Roscoff, et dans le même temps, il brille aussi sur les bancs d’école en décrochant son diplôme d’ingénieur structures et composites à ENSCBP Bordeaux. De ce fait, la saison suivante, il est en mesure de s’impliquer encore plus intensément dans sa préparation. Et ça paie. Il remporte la deuxième étape de la Solitaire du Figaro entre La Corogne et Concarneau 2015. Aujourd’hui, fort de deux ans d’expérience sur le support, il espère performer sur sa première Transat AG2R et briller sur La Solitaire ainsi qu’au Championnat de France Elite course au large.

 

PALMARES DE SÉBASTIEN SIMON

Suivez l'actualité de Guy Cotten :

  • Google
  • pinterest
  • scoppit