Accueil > De-remarquables-marins

Fier d'être partenaire de remarquables marins !

Ils ont accompli une formidable Course du Rhum ! François Gabart, Paul Meilhat, Yann Eliès, Gilles Lamiré, Yoann Richomme, Stéphane Le Diraison, Miranda Merron...

"C’est une édition de la Route du Rhum exceptionnelle. Un final au couteau incroyable en Ultimes, des stratégies complètement divergentes en Multi50 avec le plus persévérant qui l’emporte..." affirme Yann Eliès

 

Paul Meilhat, Sa victoire en Imoca est construite mille après mille pendant 12 jours de course, sur un bateau à dérives droites ! C'était inespéré.

"Cette  victoire ne dépendait pas que de moi. Il ne suffisait pas que je navigue bien et que je ne fasse pas d’erreur pour gagner. Je savais que  j’étais très limité par les performances du bateau dans certaines conditions.[...] Je suis allé la chercher loin. Il a fallu que je monte d’un cran en termes d’engagement. D’habitude, je suis peut-être à 90%, là j’ai dû monter à 97 % on va dire.[...] Je suis allé loin dans la fatigue. J’ai vécu ça comme une étape de Figaro de quatre jours. J’ai passé des journées à côté de mon winch à régler mes voiles. Je me suis lancé ce défi en me disant : je vais encore tenir aujourd’hui, ils ne vont pas passer aujourd’hui. J’ai vécu en sursis pendant 12 jours comme si quelqu’un derrière me rattrapait par le T-shirt…  Je savais qu’il ne fallait pas ralentir, tenir dans mon effort assez haut. Ce sont mes années de Figaro qui m’ont permis de faire ça.

Là où j’ai le plus progressé ces quatre dernières années, ce n’est pas forcément dans ma manière de faire de la voile, mais sur la gestion d’un projet tel que celui là. A quel endroit il faut mettre de l’énergie, la structuration, les objectifs. Je me suis découvert une force dans la résilience, dans le fait de se dire qu’il n’y a jamais de problème et qu’il faut avancer tout le temps. Je me sens  plus épanoui et plus performant dans un monde très complexe nécessitant de trouver des solutions simples et d’aller à l’essentiel. J’adore ça. Et à la limite, plus il y a de problèmes, plus ça me plaît.
C’est la raison pour laquelle dans la course au large, il faut mettre en valeur l’humain avant le résultat. Toutes les histoires sont incroyables.

François Gabart aussi, je pense. Il a la fierté d’avoir traversé avec son bateau cassé. On peut se satisfaire de ce genre de choses en dehors du résultat.


 

Yann Eliès est allé loin, très loin chercher cette 2e place en Imoca derrière Paul Meilhat.

Je regrette de ne pas avoir eu le grain de folie d’Alex à l’approche du front car cette dépression n’était pas si terrible que ça.[...] L’ambiance d’avant-course m’a refréné et il aurait fallu aller un peu plus au combat
J’ai connu 24 heures de mou au moment du contournement de l’anticyclone parce que je pensais que la course était bâchée et que j’étais quatrième. Mes 15 milles de retard sur Paul à l’arrivée sont peut-être là ou peut-être ailleurs. J’ai le regret de ne pas y avoir cru assez. En voile, tout peut arriver jusqu’au bout »


Gilles Lamiré termine 4e de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe dans la catégorie Multi50. 

2 jours 11 heures 1 minute et 58 secondes derrière le vainqueur Armel Tripon. Seul concurrent engagé sur un bateau non équipé de foils, Gilles Lamiré réalise une très belle course. Il fait partie des deux seuls marins de la classe Multi50 à ne pas s’être arrêté en cours de route.

C’est une victoire magistrale en Class40 que signe Yoann Richomme, skipper de Veedol-AIC.

S’il faisait parti des favoris au départ comme une dizaine d’autres concurrents, il avait un bateau tout neuf mais mis à l’eau tardivement. Il aura mené de bout en bout cette course.

Egalement engagés  :

Stéphane Le Diraison s'est bien battu avec Alan Roura entre la Tête à l’Anglais et Pointe-à-Pitre. Il a bouclé la Route du Rhum-Destination Guadeloupe en 8e place.

Miranda Merron, première femme en Class 40, termine en 32ème position : « Quand j’étais dans une ou deux des tempêtes je me disais que tous les autres qui étaient à bon port avaient vraiment eu la bonne idée. C’est pas du bon sens marin de rester en mer dans ces conditions là à vrai dire mais bon, vu que je l’ai faite je suis très contente. Déjà, pour être classée il faut finir ! Cette arrivée est exceptionnelle. Ça a été une Route du Rhum assez dure avec je crois 4 dépressions. On a fait beaucoup de milles ! Je suis absolument ravie d’être là ! Je suis vraiment déçu pour Halvard qui n’a pas fait cette Route du Rhum et qui a été contraint à l’abandon. Je suis absolument ravi qu’il soit là à mon arrivée. »

Encore en course :

Eric Bellion, Comme un seul homme en RhumMono.

 

Propos sur Paul Meilhat recueillis par Camille El Beze
Propos sur Yann recueillis par Philippe Eliès

Propos de Miranda Merron extrait du site Route du Rhum

 

 

Suivez l'actualité de Guy Cotten :

  • Google
  • pinterest
  • scoppit