Accueil > Colden-globe-race-jean-luc-van-den-heede-face-a-une-nouvelle-tempete

Colden Globe Race : Jean-Luc Van Den Heede face à une nouvelle tempête

Encore un sacré bonhomme équipé de nos tenues !

Jean-Luc Van Den Heede devra peut-être se battre pour gagner son passage du cap Horn. Le leader français qui bataille avec un mât endommagé sur son Rustler 36 Matmut après le chavirage du voilier lors d’une tempête la semaine dernière, pourrait devoir faire face à du gros temps ce week-end dans le sud du Pacifique, et encore davantage à l’approche du cap.

Le vétéran de 73 ans se trouve maintenant à moins de 1 300 milles du Horn, accélérant à 5,3 nœuds. Il a « réparé » les dommages subis par le gréement en grimpant au mât à 4 reprises pour effectuer un brelage en renforçant la fixation des bas haubans et pour solidifier l’ensemble au niveau du point de capelage.

Dans une conversation radio diffusée sur le réseau des radio-amateurs, la semaine dernière, Van Den Heede a parlé de son chavirage, qui s’avère désormais être un enfournement suivi d’un retournement beaucoup plus sérieux. Expliquant sa décision de poursuivre la course plutôt que de se rendre à Valparíso, au Chili, pour effectuer des réparations, Jean-Luc a déclaré:

« J’ai eu amplement le temps de réfléchir à ma situation pendant ces quatre jours de tempête (220 milles perdus vers le nord). Mon mât est maintenant extrêmement précaire à cause de mon chavirement. Si je m’arrête pour faire une réparation, ce ne sera que temporaire. Pour que Matmut continue à naviguer, il lui faudrait plus ou moins changer de mât. J’ai donc décidé, pour sauver mon âme (dixit Moitessier), de continuer ma route sans escale et de me diriger vers les Sables d’Olonne.
Dès que la mer le permettra, je monterai au mât pour le sécuriser au mieux avec ce que je peux utiliser à bord. Si je démâte, j’ai comme tous les concurrents, une gréement de fortune prêt à l’emploi qui me permettra d’atteindre un port. Je ne suis plus en mode course mais en mode sans échec. Ce n’est pas la première fois que je vais tenter de ramener à la maison un bateau endommagé. Et si par miracle j’arrive aux Sables d’Olonne, je me fiche de ce classement, au moins j’aurai essayé. Je croise les doigts et remercie tous ceux qui m’aident dans cette aventure ».

Lire plus sur https://goldengloberace.com/fr/day-135-jean-luc-van-den-heede-facing-fresh-storm/

 

Suivez l'actualité de Guy Cotten :

  • Google
  • pinterest
  • scoppit