Accueil > Une-derniere-etape-du-figaro-tres-eprouvante-

Une dernière étape du Figaro très éprouvante !

Yeux rougis, premiers pas hésitants... Après quatre nuits de sommeil, les Solitaires racontent une étape d'anthologie, une de celles qui font la légende de la Solitaire.
Charlie_Dalin_-_4eme_etape_Figaro_2017_ppp_7554
Charlie Dalin - Arrivée 4ème étape ©arnaud Pré

Ils étaient très heureux d'enfin poser pieds à terre et de pouvoir prendre quelques heures de sommeil après ces longues journées de navigation !

Les premiers nous parlent de ce qu'ils ont vécu :


Nicolas Lunven – Generali – Vainqueur de La 48e édition de La Solitaire URGO Le Figaro

« Quand on a envoyé les spi à Wolf Rock, le scénario a changé. Je me suis mis a allerété super vite, j’étais bien inspiré à faire pas mal de bons coups, à revenir sur les bateaux les uns après les autres. Finir 4e à Dieppe et gagner c’est génial ! Encore à Dieppe ! Mais en 2009, c’était une victoire surprise pour moi. C’est un grand soulagement, ce sont des années de travail, j’y pense tous les jours, je suis très ému. C’est probablement ma plus belle victoire tellement il y a eu de travail en amont depuis 2010. Ca fait du bien de couper la ligne ! Adrien a été égal à lui même avec tout le respect que je lui dois, il a tenté tous les coups qui lui sont passés par la tête avec un taux de réussite anormalement élevé pour un être humain. Il en a fait un de trop en approche de l’île de Wight, il a perdu un peu. Je me suis retrouvé dans
le tableau arrière de Macif et de Bretagne Crédit Mutuel, j’étais moins inquiet. Toutes les victoires sont difficiles, c’est de l’énergie, du temps, de
l’investissement qu’on met pour y arriver… Celle-ci je vais plus la savourer que ma première en 2009. Je gagne deux étapes, je fais 3e et 4e sur les deux autres. C’est le plus beau moment de ma carrière sportive. »

Charlie Dalin (Skipper Macif 2015), vainqueur de la 4ème étape

« Je suis fatigué mais content de cette victoire d’étape. C’était une longue étape, je suis content de gagner celle là, c’était la plus longue de cette Solitaire. Je suis bien parti, j’ai rapidement pris la tête avant la première marque, et après j’ai souvent repris la tête. Ça revenait par derrière, j’ai tenté le maximum, malheureusement c’est pas une étape où ça partait par devant, à chaque fois que j’étais en tête, les groupes revenaient, il a fallu remettre le couvert un paquet de fois. Ca s’est joué dans la trans-manche ou j’ai envoyé le spi. C’est vraiment l’envoi du spi en premier qui m’a permis de doubler les autres et de raccrocher Alexis, ça s’est fait à la fin entre Antifer et ici. Au début c’était vraiment le podium qui m’importait, Sébastien a très bien « tactiqué » puisqu’il m’a emmené du bon coté avec lui donc ça nous a permis de doubler Alexis. Coup double c’est parfait. Moi, plus les courses sont longues mieux ça me va. Je crois que je n’ai plus besoin de prouver ça. Plus je passe du temps en mer, plus c’est difficile, plus ça me plait, et ça marche ! Si toutes les étapes de La Solitaire faisaient 4 nuits ce serait peut être un petit différent on ne sait pas. Je suis content de terminer cette Solitaire sur une bonne note. Chez moi en Seine Maritime c’est parfait. C’était une belle édition, complète, avec pleins de contions météo différentes, du vent très fort sur la première étape, de la molle extreme sur celle-là pendant des heures et des heures. Les deux premières étapes j’étais un petit moins percutant, j’ai perdu le temps qu’il ne fallait pas. Mais je retiens que c’était une édition complète, une très belle Solitaire «


Sébastien Simon (Bretagne Crédit Mutuel Performance), 2ème de l’étape

« J’ai le droit de revenir l’année prochaine avec ce bateau. C’ était officieux mais là, je peux le dire. Donc, l’année prochaine, j’aurais moins la prétention à dire que je viens pour gagner. C’était une étape hyper dure, je suis tombé souvent au classement et je suis toujours remonté, C’était compliqué nerveusement. Au final, je ne me suis pas trop énervé. Pourtant quand au bout de deux jours, on t’annonce le classement et que tu es encore devant la maison avec 400 milles à faire, c’est assez déprimant. Sur la côte Sud anglaise aussi, c’était dur aussi, je ne comprenais pas pourquoi ils n’empannais pas. je me suis senti un peu seul et finalement, je suis parvenu à revenir dans le match. Je n’ai rien à regretter pour le général. C’est une belle 4 ème place car il y a peu d’écart avec Charlie. Et puis, j’ai l’habitude des médailles en chocolat ! »

Yann Eliès (Queguiner, Leucémie Espoir), 6 ème de l’étape à 8’ 08 du leader

« Ce qui est bien sur les étapes longues, c’est qu’au final, c’est toujours les mêmes qui sont devant. Ils arrivent toujours à se sortir des pièges et ça évite les petits coups de Trafalgar. C’était technique et y avait des coups à jouer donc je m’en sors. C’est quand même bien que ça se termine ! C’est quand même une Solitaire difficile pour moi. Je m’en sors pas si mal mais je l’ai mal vécu. Si je reviens, il faudra que ce soit dans d’autres conditions, avec plus de fraîcheur d’entraînement. C’est vrai que je suis frustré, j’ai pas l’habitude de naviguer comme ça. Je vais pas très vite, donc je tape dans les coins etça marche pas. Les choses se mettent pas en place comme je l’aurais souhaité. Un grand bravo en tous cas à Nicolas, impérial : placement impeccable, grosse maîtrise du support, il nous a épaté »

Suivez l'actualité de Guy Cotten :

  • Google
  • pinterest
  • scoppit