Accueil > Cmb

2ème et 3ème marche du Podium pour Bretagne CMB Performance et Breizh Cola

Un podium de cadors

Sébastien Simon et Morgan Lagravière terminent en deuxième position de la 14eTransat AG2R La Mondiale,

une heure et neuf minutes derrière le duo Adrien Hardy – Thomas Ruyant. Indiscutablement l’un des grands animateurs de la course pendant ces 18 jours de mer, le tandem de Bretagne – CMB Performance termine l’épreuve avec la satisfaction du travail bien fait et le sentiment d’avoir tout donné.

Avec Morgan, si on devait refaire la course, on reprendrait exactement les mêmes décisions. On termine deuxième, ce qui est une jolie performance. On est content. La transat a vraiment été harassante mais on n’a jamais rien lâché. On s’est relayé le plus souvent possible, à un rythme pas du tout régulier mais simplement en s’écoutant l’un et l’autre, afin de garder un maximum de fraîcheur. On s’est vraiment battu comme des malades et les sargasses ne nous ont pas simplifié la tâche. Il y en avait partout et ça a franchement été l’horreur par moments. Au final, on n’a pas eu une minute pour nous. On est bien content d’arriver car mine de rien, une traversée de l’Atlantique en Figaro, c’est long. L’accueil que l’on a reçu en arrivant Gustavia a été génial. On a même eu des gens pour nous accueillir sur l’eau. Ça a été assez fort en émotions. »  Sébastien Simon

Les mots de Morgan Lagravière :

« L’accueil à Saint-Barth est incroyable. Les gens sont vraiment au top. Ça fait du bien d’arriver et d’arriver dans ces conditions. Avec Seb, on termine vraiment avec le sentiment d’avoir fait au mieux et si on devait réécrire notre copie, on referait les mêmes choses au niveau stratégique en jouant de nouveau la prudence sur une position centrale. On a joué la gagne et on y a cru jusqu’à la fin. On finit en s’étant donné à 100% et une deuxième place, c'est très bien. »

Formés tous deux à l'école du dériveur (en Optimist et 420 pour Sébastien Simon, en 49er pour Morgan Lagravière au sein de l'Équipe de France olympique), ils furent aussi chacun de leur côté, sélectionnés pour le premier, au Challenge Espoir Bretagne CMB, pour le second avec le Team Vendée. Et rapidement, ils deviennent l'un et l'autre des fers de lance du circuit Figaro. Ils connaissent parfaitement la machine et même s'ils n'avaient jamais navigué ensemble, ni l'un contre l'autre, ils avaient la réputation d'être de redoutables compétiteurs, non seulement sur le court terme, mais aussi à l'endurance. Vainqueurs du Trophée de la Performance sur l'ensemble de la course, les deux Vendéens de naissance n'en ont sans doute pas fini avec leur ascension. Sébastien Simon se fait construire un IMOCA pour courir le Vendée Globe 2020, et Morgan Lagravière, qui n'a couru qu'un bout du globe en 2016, est déterminé à y retourner.

 

Pour les troisièmes, Gildas Mahé et Nicolas Troussel sur Breizh Cola, la lutte aura été encore plus tendue.

Pour faire court, Breizh Cola et Guyot Environnement ont quasiment fait route ensemble depuis une centaine de milles avant les îles des Canaries… Pour ne plus jamais se lâcher. Collés aux Canaries, collés dans la portion la plus au sud de la flotte jusqu'à leur arrivée, ces deux bateaux ne se seront rien concédé : 14 minutes et 15 secondes les ont séparés sur la ligne d'arrivée ce vendredi matin. Trois fois rien.

Gildas Mahé : « Cette troisième place est savoureuse. Mais on aurait bien savouré une première place avec Nicolas. A peu de choses près, elle aurait pu être amère. On a cravaché depuis hier. On a fait une petite erreur stratégique avant-hier, on a laissé du latéral vers l'Ouest à Guyot Environnement. Il a réussi à se refaire avec ça. A chaque fois, les gars qui gagnent les transats font la différence le long du Portugal. Ce n'est pas facile de savoir où on met le curseur, quand ça va casser ou quand on va se faire mal. Il y a des moments où ça peut être dangereux, notamment quand il y a 40 nœuds, que l'on fait des plantés énormes… Il faut penser au bateau mais faut aussi penser à soi. »

Nicolas Troussel : « Concernant notre placement à Palma, il fallait pouvoir prendre le choix au dernier moment, se laisser la possibilité de prendre l'une ou l'autre option jusqu'au dernier moment. On a préféré faire l'option Sud car nous avons pensé que le Nord était risqué. On s'est trompé, ils ont gagné. C'était une super bagarre jusqu'au bout. On y a cru jusqu'à trois jours de l'arrivée. Avec un petit coup de réussite, on pouvait faire quelque chose. Nous sommes vachement contents car jusqu'à peu, on se voyait quatrième. Récupérer cette troisième place nous fait plaisir. J'ai pris beaucoup de plaisir sur l'eau. Tous les jours, j'y pensais. Je me disais que c'est vraiment là que je suis bien. Ça s'est super bien passé sur l'eau. Je remercie Gildas et Breizh Cola de m'avoir embarqué. »

Macaron French Pastries : L’effet papillon d'Eric Péron et Miguel Danet

Huitième à l'arrivée à Saint-Barthélemy, Éric Péron & Miguel Danet auront réalisé un très beau parcours avec leur option canarienne engagée avant même le passage de Madère. Le duo qui s'est reformé dix ans après sa première participation (3ème en 2008), avait réussi à reprendre le dessus au sein du peloton pour inquiéter jusqu'à trois jours avant l'arrivée, les tenants du titre. Cette paire métropolitaine et antillaise marque aussi la solidarité qui anime la Transat AG2R LA MONDIALE depuis ses origines.

Un grand bravo pour "Les Perles de St Barth" et "Bretagne CMB Espoir" arrivé 9ème et 13ème de la course. Une mention spéciale pour les Bizuts de la course sur "Concarneau Entreprendre" qui terminent avec une belle 12ème place. Nous n'oublions pas Martin Le Pape sur "Macif" qui a malheureusement cassé son mât et a dû abandonner la Course.

Suivez l'actualité de Guy Cotten :

  • Google
  • pinterest
  • scoppit